Première récolte de miel de l’association PROGRAM, soutenue par l’Ambassade de France.

Lauréate du projet PISCCA lancé par l’Ambassade de France, l’association PROGRAM a pour objectif de répondre au défi de la conservation des gorilles dans le parc national de Moukalaba Doudou, dans le sud du Gabon. Dans ce cadre, des activités génératrices de revenus sont développées, comme l’apiculture. La première récolte de miel vient d’être présentée à l’Ambassade.

Janvier 2019, première récolte de miel pour l'association PROGRAM. - PNG

  • Depuis janvier 2018, l’association bénéficie d’un appui de l’Ambassade afin de développer des activités génératrices de revenus (AGR), en diversifiant ses activités économiques des villages alentours afin de lutter contre la pauvreté et le braconnage. Les AGR sélectionnées pour le projet concernent les domaines de l’apiculture et la valorisation des produits forestiers non ligneux, de type Odika.
  • En juin 2018, une série de formations sur l’apiculture s’est achevée afin de former les communautés locales sur les bases apicoles. 60 ruches ont été installées et près de 19 personnes, dont 4 femmes, ont bénéficié de formation sur les bases apicoles.
  • En janvier 2019, la première récolte de miel est fructueuse, et c’est avec une grande fierté que l’équipe PROGRAM est venue à l’Ambassade pour faire déguster le précieux nectar des abeilles de forêts.

Qu’est-ce que le programme PISCCA ?

Pour mémoire, le programme « Projets Innovants des Sociétés Civiles et Coalitions d’Acteurs » (PISCCA) constitue un outil unique de l’Ambassade de France au Gabon au service du financement de projets de développement portés par les acteurs non gouvernementaux. Entre 2017 et 2018, le montant de l’enveloppe PISCCA est supérieur à 260 000 000 fcfa (400 000 €). Cette somme est consacrée au financement de projets portant sur les droits fondamentaux des femmes et des enfants, l’insertion économique de la jeunesse et le développement local, ainsi que le regroupement et la mise en réseau des acteurs de la société civile gabonaise. Une attention particulière est par ailleurs portée à la question du genre ainsi qu’à l’usage des technologies de l’information et de la communication.

Dernière modification : 22/01/2019

Haut de page