Fondation SUCAF Gabon – Rencontre avec Marina Lugnot, Volontaire de Solidarité Internationale (VSI)

Marina Lugnot effectue actuellement un Volontariat de Solidarité Internationale (VSI), via « France Volontaires », au sein de la Fondation SUCAF Gabon, où elle occupe le poste de conseillère extérieure depuis janvier 2017.

Marina Lugnot - JPEG

Son parcours professionnel

Marina Lugnot a toujours eu un fort attrait pour les projets de développement, mais d’un « point de vue technique ». Elle a ainsi débuté une école d’ingénieurs, avant de revenir à un cursus universitaire dans la recherche sur l’agroécologie, à AgroParisTech. Elle souhaite étudier le développement par le biais de la recherche et débute ainsi une thèse sur la transition écologique dans l’agriculture, qu’elle arrête pour aller sur le terrain. Elle part alors en service civique à Bogotá en Colombie, dans une ONG franco-colombienne « Proyectar Sin Fronteras », où elle travaille sur des thématiques d’agriculture urbaine et participe entre autres à la création de jardins pour renforcer la cohésion sociale dans les quartiers sud de la ville, où cohabitent d’anciens déplacés, anciens membres des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) et anciens paramilitaires. Après un an de mission, elle rentre en France où elle reprend des études en anthropologie, avant de partir au Gabon en janvier 2017 pour débuter son VSI à la Fondation SUCAF Gabon.

Son expérience de Volontaire de Solidarité Internationale (VSI) à la Fondation SUCAF Gabon

Marina Lugnot et des collègues lors du relais de la Fondation SUCAF Gabon. - JPEG

A la Fondation SUCAF Gabon, une « toute petite structure », elle occupe un poste de conseillère extérieure et travaille sur différentes problématiques : santé, Activités Génératrices de Revenus (AGR), accès à l’eau, etc. Il s’agit d’un « poste de développement rural au sens large », qui demande une grande polyvalence. Elle participe ainsi à la création de coopératives avant de les appuyer et endosse un rôle de formateur. Avec son binôme gabonais, en tant qu’« opérationnels de terrain », ils « forment tous les groupes avec lesquels ils travaillent » (renforcement de capacités). Tous deux sont en charge du suivi des projets sur le terrain, projets préalablement validés par un comité de sélection des projets composé uniquement de salariés de SUCAF Gabon et par le comité d’orientation à Paris.

Après la récente inauguration de la salle polyvalente de Mvengué, elle évoque un projet culturel de « maison de jeunes », qui permettrait de mettre à disposition ponctuellement des salles et du matériel, moyennant une modeste contribution (loyer).

Elle nous informe également que la Fondation collabore régulièrement avec la Croix Rouge gabonaise, l’un des lauréats du PISCCA 2017, en mettant une salle à disposition pour la formation de relais communautaires, et aimerait pérenniser ce type d’actions en développant notamment des campagnes de sensibilisation et de dépistage du VIH-SIDA.

Le projet de salle polyvalente de Mvengué, soutenu par la coopération française

Coopération franco-gabonaise - Inauguration de la salle polyvalente de Mvengué – 23 juin 2018 - JPEG

La salle polyvalente de Mvengué, fruit d’un partenariat entre l’Ambassade de France au Gabon et la fondation SUCAF Gabon, a été inaugurée le 23 juin 2018.

Cette inauguration est l’aboutissement du projet porté par l’association RAJYM, via la Fondation SUCAF Gabon, lauréate en 2016 de l’appel à projet « jeunesse solidaire » lancé par le service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France au Gabon, dont la vocation était de soutenir des initiatives faites pour et/ou par les jeunes gabonais.

Marina Lugnot a suivi le déroulement des travaux de la salle, devant remobiliser les jeunes de l’association à plusieurs reprises. Après l’inauguration, la phase de suivi et de vulgarisation débute désormais.

Qu’est-ce que le dispositif français « Volontariat de Solidarité Internationale » (VSI) ?

Le Volontariat de Solidarité Internationale (VSI) est un dispositif français encadré par la loi du 23 février 2005. Il a pour objet « l’accomplissement d’une mission d’intérêt général à l’étranger dans les domaines de la coopération au développement et de l’action humanitaire ». Ce contrat constitue un service civique effectué à l’étranger (Loi du 10 mars 2010). Le VSI engage mutuellement un organisme d’envoi et un volontaire. Il est contractuel. Le contrat dure 2 ans maximum (la durée cumulée ne peut excéder 6 ans). (source :France Volontaires)

Le VSI vise les actions de développement, d’urgence ou de réhabilitation dans une des associations agréées par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, hors de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen, et qui œuvrent dans tous les domaines du développement ou de l’urgence humanitaire.

Le MEAE cofinance la formation et assure l’affectation des volontaires, prend en charge les frais de voyage, l’indemnité de subsistance, la couverture sociale, l’accompagnement au retour, etc. Ils sont accueillis dans des structures de tous les domaines du développement ou de l’urgence humanitaire agréées par le ministère des Affaires étrangères : organisations non-gouvernementales (ONG), hôpitaux, établissements d’enseignement, etc.

Chaque année, ce sont près de 2000 hommes et femmes qui partent en VSI avec les associations agréées par le Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères.

Dernière modification : 12/07/2018

Haut de page